Covid-19 : Les aliments à privilégier en cas d’infection

Avant et pendant l’infection, certains aliments peuvent être privilégiés afin de donner un maximum de chances à l’organisme de prendre le dessus.

Nous recommandons néanmoins de privilégier les 3 remèdes, inhalation, sirop et tisanes A & B, qui contiennent 7 plantes médicinales, c’est-à-dire inscrites à la pharmacopée, de qualité alimentaire, c’est-à-dire en vente libre hors du monopôle pharmaceutique.

Les aliments ci-dessous pourraient être susceptibles d’aider l’organisme à se débarrasser du virus.

Il n’est retenu ici que les aliments présentant un minimum de données scientifiques. Certains aliments comme l’ail, panacée en médecine chinoise, ou comme le clou de girofle ont été écartés car ne présentant pas de données scientifiques consistantes quant à leur intérêt vis-à-vis des virus de la famille du Coronavirus.

  • Aliments contenant de la quercétine :

La quercétine est un flavonoïde synthétisé par différentes plantes. Il présente de nombreuses propriétés dont la plus intéressante serait une activité antivirale vis à vis de souches très proches du SRAS-Cov2, le Covid-19 actuel. 1 2 3
Voici la liste des aliments qui en contiennent : oignon jaune surtout, pomme, myrtille, thé vert, chou vert frisé, luzerne, haricots verts, poivre vert, vin rouge, abricots, cerises, poires, prunes, fraises, brocolis, tomates, laitue, baies de sureau noir.

  • Aliment contenant de l’émodine : la Rhubarbe

L’émodine a été étudiée sur la souche coronavirus de 2002, et conclut qu’elle peut être considérée comme un agent thérapeutique principal potentiel dans le traitement du SRAS. 4
L’émodine pourrait aussi, selon une étude sur modèle animal, freiner le développement de la fibrose pulmonaire, phénomène qui conduit à la phase critique de l’évolution de l’infection au Covid-19. 5 L’aliment qui contient de l’émodine est la Rhubarbe. Toutefois, si la tige de cette plante est couramment utilisée en compote ou en confiture, les racines qui concentrent les actifs sont sous monopôle pharmaceutique. Et ceci à juste titre car de nombreuses contre-indications existent. C’est pourquoi la rhubarbe n’est pas sélectionnée dans les remèdes proposés ci-après, et sa consommation doit rester parcimonieuse.

  • L’huile végétale de Nigelle : Nigelle cultivée, Nigella sativa

L’huile végétale de Nigelle est très bien tolérée (pas d’effets secondaires ni d’interactions ou contre-indications) et peut également être conseillée à titre spéculatif. En effet, à ce jour, force est de constater que cette plante est une panacée contre de très nombreuses maladies. Cette plante a été très étudiée. Certaines de ses propriétés ont été démontrées. Il reste encore beaucoup à apprendre sur sa composition et ses mécanismes d’actions. Compte-tenu de ses vertus antivirales et de son très large spectre de propriétés, et, compte-tenu qu’elle ne présente aucune interaction, contre-indication ni effet indésirable, sa consommation est tout à fait recommandable dans le contexte actuel.
Il s’agit là d’une démarche très probabiliste, mais nombreuses sont les études scientifiques qui appuient l’étendue des vertus de cette plante qui n’a pas encore révélé tous ses mystères ni tout son potentiel.

  • Vitamine D

Le manque de vitamine D dans l’organisme rend propice le développement viral pulmonaire. Le conseil est de s’exposer quotidiennement à la lumière du jour car, en présence des UV, la peau synthétise naturellement la vitamine D. Les aliments qui contiennent de la vitamine D sont l’huile de foie de morue, le saumon, la truite, le hareng, les maquereaux, les sardines, l’œuf, le lait, le thon, les champignons de Paris, le chocolat noir.

1- Synthèse et évaluation antivirale des dérivés de 7-O-arylméthylquercétine contre le coronavirus associé au SRAS (SCV) et le virus de l’hépatite C (HCV)
2- Interaction de liaison de la quercétine-3-β-galactoside et de ses dérivés synthétiques avec SARS-CoV 3CLpro: Des études sur la relation structure – activité révèlent des caractéristiques pharmacophores saillantes
3- Caractéristiques des flavonoïdes comme inhibiteurs puissants de la protéase de type MERS-CoV 3C
4-L’Emodine bloque l’interaction entre la protéine de pointe du coronavirus du SRAS et l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2
5- Effet inhibiteur de l’émodine sur la fibrose pulmonaire induite par la bléomycine chez la souris

Retour vers l’article parent : Il n’est pas trop tard pour se préparer à être infecté !

Retour vers l’article racine : Nous n’avons pas de médicament, mais nous avons des remèdes !

(Visitée 19 fois, visitée 1 aujourd'hui)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *